Home / Sports / Crise du football malien : Désormais un vieux souvenir ?

Crise du football malien : Désormais un vieux souvenir ?

Fb-Button

La médiation menée par le ministre du Commerce, porte-parole du gouvernement, Abdoul Karim Konaté dit « Empé » et son collègue chargé de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne, Amadou Koïta, sur ordre du Premier ministre, a surpris tout le monde. Pourtant, cette médiation est parvenue à geler la crise qui minait notre football depuis des années, permettant la levée de la suspension de la Fifa qui frappait notre pays, avec en sus une possible disqualification de nos footballeurs cadets à la Coupe d’Afrique des Nations Gabon 2017, alors qu’ils sont encore détenteurs du titre continental.

Après d’âpres discussions, il a été retenu que le Comité exécutif doit être remis dans ses droits immédiatement. Et depuis jeudi dernier, un protocole d’accord a été signé entre les protagonistes, amenant ainsi le ministre des Sports à annuler sa décision de dissolution du Comité Exécutif de la Fémafoot. Rétabli dans ses droits, le président de la Fémafoot, Boubacar Baba Diarra, a aussitôt écrit à la Fifa pour la levée de la suspension qui frappait le Mali.

Comme mesures d’accompagnement, il a été décidé de changer l’actuel secrétaire général de la Fémafoot, Yacouba Traoré et son adjoint, Mamadou Diallo, pour le motif qu’ils ne sont pas de la hiérarchie A comme l’exigent les textes. Il a aussi été retenu de revenir sur les élections des ligues de Bamako et Ségou, le 26 mai prochain. Toujours selon le protocole d’accord signé, une assemblée générale sera organisée le 12 juin 2017 pour mettre en place un Comité de normalisation sous la supervision de la Fifa, afin de préparer l’élection d’un nouveau Comité Exécutif de la Fédération malienne de football.

Poulo en disgrâce ?

Pour certains observateurs, c’est évidemment la fin de la recréation, car pour eux, on ne saurait trouver mieux que ces mots pour qualifier le retour du Comité Exécutif de la Fédération malienne de football, les décisions controversées du ministre des Sports, Housseini Amion Guindo, relatives à la dissolution de la Fémafoot et à la mise en place du Comité Provisoire, ayant été annulées. Faisant ainsi de lui « le dindon de la farce » pour avoir créé une situation dont l’analyse des tenants et des aboutissants lui a échappée. Et pour eux, il n’y a pas deux alternatives possibles : en homme d’Etat et pour le bonheur du sport malien, Poulo doit tout simplement démissionner. On a perdu trop de temps pour rien à cause de considérations stériles et surtout de l’esprit partisan d’un ministre qui ne mérite à présent que d’être défenestré à défaut de démissionner. En effet, le manque d’inspiration du ministre des Sports a été la principale cause de cette prise en otage de notre football. Et l’échec de Housseyni Amion Guindo est un coup dur pour la jeunesse malienne. Parce qu’on aurait dû faire de sa réussite une jurisprudence pour confier plus de responsabilités aux jeunes du pays dans l’avenir. Mais hélas, le jeune politicien fut une déception. Le tribunal de l’histoire se chargera de son sort, où il sera jugé sans avocat ni circonstances atténuantes. Le seul argument qu’il aura comme moyen de défense: son passé.

Quoi qu’il en soit, notre pays a payé cash l’entêtement du ministre Poulo, qui mord ainsi de la poussière avec le dénouement de la grave crise que connait notre football depuis janvier 2015. Ces observateurs tirent le chapeau pour le nouveau Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga. En effet, dès sa prise de fonction, il s’est attelé à solutionner les problèmes dont il a hérités. Dans le dossier du football, la grande marche organisée par les clubs de ligue I, l’association des joueurs en activité et les arbitres a prouvé au Premier ministre, à suffisance, que la légalité a été violée dans le bras de fer qui oppose le département des Sports à la Fémafoot.

C’est pourquoi le P.M a immédiatement confié le dossier aux ministres Abdel Kader Konaté et Amadou Koïta, après avoir rencontré le président de la Fémafoot, Boubacar Baba Diarra. Sans interférer dans les directives de ses deux missionnaires, il a tenu à leur dire de tout faire pour que le Mali ne soit pas éliminé de la CAN des Cadets prévu au Gabon au début du mois de mai. Une mission accomplie aujourd’hui !

Ni vainqueurs ni vaincus, c’est le Mali qui a gagné

Pour d’autres, avec la levée de la suspension de la Fifa qui frappait notre pays, il n’y a ni vainqueurs, ni vaincus, le Mali et les cadets maliens étant les seuls gagnant de la partie ! Car pour qu’on soit là, il aura fallu que tout le monde fasse des concessions. Boubacar Baba Diarra qui accepte que la suspension qui frappait ses adversaires soient levées et que son mandat soit écourté, le ministre qui accepte d’annuler ses décisions, le gel de toutes les actions judiciaires au plan national et international…

Samba Sidibé

 Levée de la suspension du Mali par la FIFA

Le Gouvernement salue l’initiative

C’est à la fin de la cérémonie d’ouverture du séminaire Gouvernemental sur le budget programmes que le ministre du Commerce, porte-parole du Gouvernement, et son collègue des sports ont annoncé au Premier ministre et à tous les ministres présents, la nouvelle de la levée de la suspension du Mali par la FIFA.

La décision signée de la secrétaire générale de la Fifa Fatma Samoura, en date du 28 avril 2017, adressée au Président de la Femafoot dit que : “le bureau du Conseil de la Fifa à décidé de lever la suspension de la Femafoot avec effet immédiat”. Le Premier ministre et les membres du Gouvernement ont applaudi et salué cette bonne nouvelle. Pour le Premier ministre, cette nouvelle est le fuit du sacrifice de toutes les parties qui ont privilégié l’intérêt de la nation.

Le Matinal

Comments

comments

About maliba24

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Scroll To Top