Home / Politique / Soumaïla Cissé à la 8è Conférence Nationale de l’URD : « Aujourd’hui c’est la survie du Mali en tant que nation libre et souveraine qui est en cause »

Soumaïla Cissé à la 8è Conférence Nationale de l’URD : « Aujourd’hui c’est la survie du Mali en tant que nation libre et souveraine qui est en cause »

Fb-Button

« Restaurer l’espoir » tel était le thème retenu pour les assises de la 8ème conférence nationale de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) tenue dans la salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture  samedi 18 et dimanche 19 novembre. Lors de la cérémonie d’ouverture de ces assises,  en plus des délégués statutaires, étaient présents les élus du parti du chef de file de l’opposition, les représentants des partis amis ainsi que d’un grand nombre de militants de l’URD. Occasion saisie par le président du parti, Soumaïla Cissé de faire son bilan des quatre ans du pouvoir d’IBK.

Samedi matin 18 novembre : c’est une véritable déferlante vert-blanc qui a prise d’assaut la salle Bazoumana Sissoko du Palais de la Culture. Après l’exécution de l’hymne du parti, une projection vidéo de plus d’une heure passant en revue : les réalisations de l’URD, la motivation des cadres et présidents d’autres formations politiques ayant adhéré à l’URD, le bilan de la gestion des quatre ans d’IBK au pouvoir,  a été présentée au public. Il ressort de cette projection, que la famille URD s’est agrandie grâce à l’adhésion de nouveaux cadres politiques connus, en raison de  la vision éclairée de son président.

L’un des temps forts de cette cérémonie d’ouverture de la 8è Conférence Nationale de l’URD aura été bien évidement l’allocution du président du parti, chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé.

Dans son discours, Soumaïla Cissé dira que notre pays meurt à petit feu sur tous les plans et dans presque tous les secteurs d’activités suite à une mauvaise gouvernance et un manque de vision.

Selon lui, la dernière reculade du gouvernement s’illustre dans l’application de la loi contre la corruption, l’exode et le manque d’emploi des jeunes, la confiscation des médias publiques ainsi que les menaces contre la liberté de presse que notre pays a connu en ces derniers temps.

Selon ses propos, malgré la signature de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, la tenue de la Conférence d’Entente Nationale, la Charte pour la Réconciliation Nationale ainsi que l’installation des Autorités Intérimaires, les populations ont perdu espoir puisque la paix tant recherchée s’éloigne indéfiniment.

Evoquant la mort des soldats maliens lors d’un raid de Barkhane aux environs d’Abeibara, il a exhorté le gouvernement à diligenter les actions idoines afin que de tel drame ne se reproduise plus.

De passage, le président Soumaïla a exprimé la solidarité de la famille URD au juge Soungalo Koné enlevé à Niono ainsi qu’au magistrat dont le véhicule a été enlevé à Gao. « L’insécurité résiduelle te voilà bien contrariée » a-t-il clamé.

L’indifférence du gouvernement face au trafic de migrants en Libye dont des Maliens

Cela fait quelques jours qu’une vidéo révélant des cas de trafic de migrants subsahariens dont des Maliens en Libye défraie la chronique. Plusieurs organisations des droits de l’homme sont montées au créneau pour dénoncer cet acte esclavagiste d’une autre époque. Sur les réseaux sociaux, le constat est le même. Des internautes le dénoncent farouchement. L’occasion a été donnée à Soumaïla Cissé d’exprimer la position de son parti. « Nous condamnons avec la dernière rigueur cette trafique d’être humain » a-t-il déclaré, avant d’exhorter le gouvernement à diligenter des actions pour mettre fin à cette pratique d’une autre époque.

L’opposition en phase avec la jeunesse consciente

Selon le chef de file de l’opposition, les Maliens vivent dans une angoisse permanente. Car, dit-il, au-delà de la pauvreté, la misère et l’insécurité qui les assaillent, les Maliens sont tenaillés par la peur de lendemain largement nourrie par un manque de vision des dirigeants.

« L’indécision, l’inaction sont les parents de l’échec » a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que la gestion du pays n’est pas un jeu de famille et encore moins un jeu de hasard.

Face au désastre de la gouvernance actuelle du pays, il dira que c’est la survie même de notre pays en tant que nation souveraine qui est en cause. C’est pourquoi, il invitera le peuple à faire un choix décisif et clair en 2018.

Soutenant que l’URD a toujours proclamé son adhésion indéfectible à l’organisation d’une élection libre et transparente,  il ajoutera qu’elle sera tout de même intransigeante face aux principes démocratiques.

Par ailleurs, Soumaïla Cissé dira que le choix du thème se justifie par la victoire du mouvement social qui a su faire reculer le président de la République face à son projet de révision constitutionnelle. Cet acte, dit-il, a créé de l’espoir chez tout le peuple et prouvé  sa capacité de décider de sa destinée.  Parlant de cette victoire, il a largement remercié la jeunesse et l’a exhorté à demeurer sur cet état d’esprit de veille citoyenne pour la préservation de la démocratie.

Selon lui, cet acte de la jeunesse interpelle toute la classe politique pour un véritable examen de conscience eu égard aux difficultés que le pays a traversé en ces derniers temps. « Désormais, chacun doit s’engager, non plus seulement pour des dividendes personnels, mais pour des convictions profondes » a-t-il déclaré.

En ce qui les concerne, il affirmera que restaurer l’espoir est l’état d’esprit qui anime l’opposition. C’est pourquoi, il ajoutera que l’opposition est convaincue que le Mali avec elle aura la bonne réponse à ses inquiétudes actuelles.  « C’est lorsque tout semble perdu que l’espoir a toute sa raison d’exister » a-t- il affirmé.

A noter que cette cérémonie d’ouverture a pris fin par l’exécution de l’hymne nationale du Mali

Par Moïse Keïta

Le Sursaut

Comments

comments

About maliba24

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Scroll To Top