Auteur du vol de plus de 37 millions Fcfa chez feu Mohamed Lah et feu Mamadou Lah dit Madou Dagolo : “Latourou massa” arrêté par le 10ème arrondissement de Bamako

Auteur du vol de plus de 37 millions Fcfa chez feu Mohamed Lah et feu Mamadou Lah dit Madou Dagolo : “Latourou massa” arrêté par le 10ème arrondissement de Bamako

Les hommes du commissaire divisionnaire Adama Diarra, en charge du Commissariat de police du 10ème arrondissement du district de Bamako, viennent de résoudre l’énigme du cambriolage des familles de feu Mohamed Lah et feu Mamadou Lah dit Madou Dagolo où l’auteur, “Latourou massa”, a pu voler respectivement 23 millions et 14 millions Fcfa, soit au total de 37 millions Fcfa, ainsi que plusieurs objets de valeur.

Comme dans un conte de fée ! De sources policières, l’auteur de des deux cambriolages avait des pouvoirs mystiques qui lui permettaient d’ouvrir les portes par le simple toucher et même les coffres-forts ne pouvaient résister à son mystérieux pouvoir.

Toujours selon nos sources, les 16 et 19 février 2022, les sociétés Lah et Fils de feu Mohamed Lah et Hydro-Mali Sarl de feu Mamadou Lah dit Madou Dagolo, toutes situées à Niamakoro-Cité Unicef, ont été victimes de cambriolage perpétré dans un intervalle de 72 heures. Le cambrioleur a respectivement volé 23 millions et 14 millions Fcfa, soit un total de 37 millions Fcfa en liquidité et plusieurs objets de valeur.

Notons que dans les deux familles, les caméras de surveillance ont filmé toute la scène. Du pareil au même, l’auteur apparait dans les mêmes tenues, avec les mêmes démarches et mode opératoire. L’exploitation des images montraient la facilité avec laquelle il parvenait à ouvrir les portes et les coffres-forts. Une fois à l’intérieur, il se dirigeait directement vers le coffre-fort et, du même geste, celui-ci s’ouvrit également. Dans les deux cas, il s’agit de coffre-fort de fabrication très récente.

De l’analyse des images, il ressort que le voleur n’a utilisé ni outil, ni clef, encore moins un perforateur. Absolument rien ! Un seul geste de la main a suffi pour ouvrir toutes les portes. Dans les deux cas, le vol n’a été constaté que le matin, mais sans aucune trace d’effraction et les fouilles n’ont rien donné.

Suite à ces vols, les victimes ont décidé de porter plainte au niveau du Commissariat de police du 10ème arrondissement territorialement compétent. Ainsi, les enquêtes ont été ouvertes et la Police technique scientifique (PTS) a été mise à contribution pour parvenir à la manifestation de la vérité.

Naturellement, précisent nos sources, les soupçons ont porté, de part et d’autre, sur les employés et agents de sécurité présents sur les lieux au moment des faits. Ils ont été tous conduits au commissariat pour des besoins d’enquête. Présentés devant le procureur du tribunal de Grande Instance de la Commune VI du district de Bamako, ils ont tous été placés sous mandat de dépôt.

Après les analyses approfondies des images des caméras de surveillance, les soupçons ont alors porté sur Nafa Traoré alias Bagnini ou encore “Latourou massa”, un récidiviste qui venait juste de sortir de la Maison d’arrêt de Bamako où il avait été arrêté en 2019 par le commissaire de police de Kalabankoro et placé sous mandat de dépôt par le Tribunal de Grande Instance de la Commune V du district de Bamako pour des faits similaires (vol qualifié).

Formellement identifié sur les images, les enquêteurs sont parvenus à obtenir son numéro de téléphone avec lequel ils ont pu le localiser. Il était un homme en plein mouvement car il faisait la navette entre Ségou et Bamako. C’est ainsi que les deux commissariats de police, notamment ceux de Ségou et du 10è arrondissement de Bamako ont été mis à contribution en envoyant toutes ses coordonnées.

A la suite d’une filature bien ficelée, le suspect a été finalement appréhendé à Ségou, le 16 juillet 2022 aux environs de 18 heures. Ainsi, une mission ordonnée par le commissaire divisionnaire de police Adama Diarra, en charge du Commissariat de police du 10ème arrondissement du district de Bamako, après approbation des plus hautes autorités, s’est rendue dans la capitale des Balanzan afin de conduire le suspect à Bamako.

Interrogé, il a reconnu sans ambages les faits qui lui sont reprochés. Avant d’avouer qu’il savait qu’il serait arrêté ce jour-ci pour avoir violé un serment mystique avec les forces obscures. Et de poursuivre que dès qu’il arrive sur le lieu de son forfait, il devient alors invisible à la vue des personnes présentes. Connaissant la place de tous les objets, il se dirige alors droit vers le coffre-fort où qu’il soit.

Après les enquêtes préliminaires, il a été déféré devant le parquet de la Commune VI du district de Bamako, le vendredi 22 juillet dernier où il a été placé sous mandat de dépôt le même jour.

Boubacar PAÏTAO / Aujourd’hui Mali

admin